Les Violettes

  • Tapis-Ch2.jpg
  • Frigo.jpg

Recommander

Texte Libre

Vendredi 12 juin 5 12 /06 /Juin 21:20
Bonjour,

Ce qui devait être un week-end de repos se transforma en véritable mésaventure grâce à la chambre d'hôtes "Les violettes" au 6 de la rue Hippolyte Ribière à Auxerre.


Nos 2 familles (une de Suisse et une de Belgique) avions réservé 2 chambres, du mercredi 20 au dimanche 24 avril pour un montant total de 480 euros. Pour la réservation Madame Monica Bender, la propriétaire nous a réclamé 240 euros (2 nuits soit 50% du séjour) que nous avons réglé par Internet (Paypal).
 
Lorsque le premier couple est  arrivé au gîte, le mercredi soir, aux alentours de 23h00, le fils de Madame Bender lui a demandé de régler, sur le champ et en espèce, le solde du séjour avant même de laisser voir l'état intérieur du gîte et les chambres.
 
Lorsque nous (en provenance de Suisse) avons rejoins le pre
mier couple, celui-ci était assez dépité de la situation; notre surprise ne fut pas des meilleures lorsque nous nous sommes aperçu nous-mêmes de l'état du gîte.


Une odeur que l’on pourrait définir comme un parfum de moisissures, de transpiration, de poussière et d’humidité mélangé, était très perceptible et même opressante .

 

Les sols, les lambris des murs, les surfaces boisées, les meubles et les tours de lits étaient couverts de poussière.

 

Des traces d'urine sur l'extérieur des WC ou des taches sur les couvre-lits montraient que le ménage n'avait pas été fait depuis longtemps, ou en tout cas, pas correctement.

 

Le frigo à la disposition des visiteurs contenait des boites de conserves ouvertes vides ou des bocaux avec des aliments en décomposition. Des médicaments se trouvaient dans la pièce principale à la portée des enfants, les fils électriques de guirlandes de noël (nous sommes en mai) jonchaient le sol (voir photos).

 

Notre heure tardive d'arrivée et l'accueil sur le pas de la porte ne nous ont pas permis de nous retourner de suite dans la mesure ou nous devions nous occuper de nos enfants. Il était à ce moment plus de minuit.

 

Après une difficile nuit de sommeil, très tôt le lendemain matin, nous avons pris toutes les photographies nécessaires dont certaines sont disponibles sur ce site.

 

Lorsque la personne, qui nous avait accueilli la veille, est arrivée (vers 9h), nous lui avons fait part de nos remarques concernant la sécurité du logement (présence de médicaments et multiples prises). Nous lui avons aussi expliqué notre mécontentement sur la propreté et le rangement du gîte et la gêne respiratoire de l’atmosphère.

 

La réponse fut assez étonnante, car la personne a reconnu la présence de poussière, mais nous a textuellement répondu "Certes, il y a de la poussière mais rien ne prouve que ce n'est pas vous qui l'avez apporté...". Quant à l’odeur, la réponse fut “c’est ce qui fait le charme des vieilles maisons françaises”… sic !!!
 

Sur ces réponses, nous avons décider de réserver de nouvelles chambres à l'hôtel Mercure d'Auxerre (Appoigny), après plusieurs appels dans différents établissements, qui étaient tous complets vu le long WE.

 

Nous avons alors appelé Madame Bender pour lui expliquer la situation et notre volonté de ne pas rester dans ce lieu, à nos yeux impropre.

Nous lui avons expliqué notre volonté de trouver avec elle un arrangement à l'amiable.

Nous lui avons proposé d'en rester là si nous récupérions 50% des montants versés, malgré le fait que nous n’avions passé qu’une (mauvaise) nuit sur les 4. En l’écoutant vanter, au gsm, les qualités de son gîte, elle n’aurait eu aucun mal à le relouer en 24h.

 

Nous lui avons expliqué, qu’outre la gène respiratoire d’un membre du groupe qui est asmathique, que le lieu ne correspondait pas du tout à la description de son site internet. (rangement et propreté).  

 

Celle-ci n'a rien voulu savoir et nous envoyé un voisin. Ce dernier, qui ne nous a pas donné son nom, un homme barbu, d’environ 1,80m et d'une cinquantaine d'année, est alors arrivé. Au début, très sûr de lui, ce dernier a vite vu l’état des lieux et a fait la proposition de “tout ranger et nettoyer” pour le soir. Nous avions déjà réservé à l’hotel Mercure, et de plus, même nettoyé et rangé, cette odeur oppressante dans la maison était difficile à enlever.

 

Remarque : d’ailleurs dans le site de madame Bender, il a rapidement été rajouté : Nous tenons à mettre en garde certaines personnes allergiques que “Les Violettes,” est une vieille maison,……………Le bois des colombages ou des poutres cirées, la terre cuite des tommettes, les pierres apparentes des murs peuvent incommoder des personnes sensibles. Nous leur déconseillons de venir chez nous.….  autant le savoir à l’avance.

 

Sans accord possible avec madame Bender qui signale que, dans son site, tout est très clair et qu’il n’y a jamais de remboursement (puisqu’il faut tout payer avant même de rentrer et voir les chambres), nous avons appelé le 17 pour que la police serve de médiateur, et donc, deux officiers de police se sont déplacés, ont constaté la situation et dans le but que les choses bougent, nous ont conseillé :
·        d'écrire à Clévacance
·        de déposer réclamation au près de l'office du tourisme
·        de prévenir la répression des fraudes
·        de déposer une plainte près du tribunal d'instance

Le week-end étant férié, nous avons décidé d'entreprendre ces démarches de retour dans nos pays respectifs.

 

En attendant, le vendredi, nous nous sommes rendus dans les bureaux du journal de l'Yonne rue du Temple à Auxerre (à 500 m du gîte). Nous avons raconté notre péripéthie et avons déchargé nos photographies prises sur les lieux dans l’odrinateur du journaliste. Celui-ci étonné des photos est venu sur place pour voir et sentir par lui même l’odeur d'un logement qui ne fait nullement la publicité de la région. Nous lui avons dit ensuite que nous étions prêts à une confrontation avec Madame Bender. Celle-ci ne s’est jamais déplacée, pour nous rencontrer, préférant dire au journaliste que nous étions des clients difficiles…
 
En ce qui concerne le label clévacance, nous avons été interpellés par deux choses :
 
La première est que les certificats du label Clévacance exposés dans le gîte semblaient tous périmés depuis
2007. Mais apparemment, le gîte est toujours référencé avec 3 clés !!!

La deuxième chose remarquable peut nettement être vu sur l'un des clichés. Sur l'un des Labels, un "2" places est changé en "4" places au bic: est-ce bien normal ? Dans la chambre où se trouvait le certificat, 4 personnes à loger à la place de 2 nous paraissait difficile vu le peu d’espace.

Clévacance nous a promis de revenir sur place pour étudier la situation et de contrôler plus régulièrement ce site.

 

Pour ce qui concerne le paiement avant toute visite, le fils de madame Bender nous expliquait qu’il exigeait le paiement préalable car nombre de ses locataires avaient disparus le matin quand il revenait. Nous lui avons expliqué que cette réaction est tout fait normale au vu d'un logement dans l'état où nous l'avons trouvé.

Nous ne doutons pas que ce gîte fut par le passé, à sa création un beau gîte; mais insuffisament entretenu au moment où nous l'avons trouvé, (peut-être parce que nous redémarrions la saison après une longue période calme) ce lieu avait un sérieux déficit des règles de base en rangement, propreté et sécurité.

Comme, nous en ont encouragé les deux officiers de police et le journaliste que nous remercions de leur compassion, nous avons décidé de ne pas en rester là, de sorte que nous en soyons les derniers à vivre cette mésaventure.

 

L’office du tourisme a été contacté et voici le message que nous avons reçu :

 Bonjour,

Depuis le dépôt de votre plainte, nous avons rencontré Mme Bender pour l’entretenir de ce problème en présence de l’Agence de Développement Touristique de l’Yonne et du réseau Clévacances.

Pour ce qui nous concerne, ayant une mission de service public, nous avons obligation d’informer nos visiteurs de l’ensemble de l’offre touristique, par conséquent, nous ne pouvons qu’alerter le propriétaire du mécontentement des clients, ce que nous avons fait et souhaitons ainsi que ces incidents ne se reproduisent pas pour l’image de notre ville et le bien être de nos visiteurs.

En relation permanente avec Clévacance, nous procèderons à des changements sur notre site Internet si le réseau décide de les radier, mais pour l’instant, nous ne sommes pas en capacité de changer quoique ce soit.

 

Vous renouvelant tous nos regrets concernant les désagréments que vous avez pu connaître,

Cordialement,

Valérie THOMAS
Directrice

Office de Tourisme de l'Auxerrois

 

 

Pour des touristes comme nous l’étions, ce n’est jamais gai de se trouver en pays étranger, de perdre du temps à devoir chercher un logement dans l’urgence pendant un long week-end férié, de payer une deuxième fois le logement, de devoir faire appel à la police et à la presse au lieu de s’amuser en famille.

 

En espérant que les conditions d’hébergement sont redevenues normales dans ce gîte. Mais en attendant, il vaut mieux, par précaution, le visiter avant de réserver et de payer.

Surfez sur les photos du gîte et réagissez ! Vous pouvez également cliquer sur les liens d'autres
réclamations concernant ce gîte.

Il semble que nous ne soyons pas les seuls à nous plaindre, tel ce couple d'anglais à qui il est arrivé aussi une mésaventure avec le gîte les violettes. Cliquez sur le lien.

 

 

Par Collignon/Charles - Publié dans : Gîte : Les violettes
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus